• Interview de rentrée

    Thomas Friang, Président d'Open Diplomacy

    Septembre 2018

    Comment et pourquoi est né le projet Open Diplomacy ?

     

    OpenDiplo est d’abord née comme un projet étudiant, pour continuer d’apprendre sur les enjeux internationaux.

     

    J’ai fondé l’institut en 2010 quand j’étais en deuxième année de Master, en pleine crise économique et financière, avec une gouvernance mondiale totalement désordonnée (qui a vu la création du G20)… et depuis lors, l’association n’a fait que grandir pour servir ce projet pédagogique. Quand on voit le monde d’aujourd’hui, sa complexité, l’importance des phénomènes qui dépassent les frontières, ce projet n’a pas perdu une ride.

    Comment définiriez-vous Open Diplomacy ?

     

    Nous sommes une communauté de curieux qui veulent apprendre ensemble, en partageant leurs connaissances et leurs compétences, sur le monde d’aujourd’hui.

     

    C’est impossible d’être un citoyen, de voter en son âme et conscience, si on ne comprend pas un minimum la globalisation.

     

    Quand les décisions de Donald Trump peuvent changer notre quotidien en un tweet, quand le dérèglement climatique annonce des bouleversements énormes à l’échelle de la planète, quand l’Union européenne peut s’effondrer avec la montée des populismes, nous avons besoin de comprendre pour choisir.

     

    Open Diplomacy sert à cela : donner à chacun la possibilité de mieux comprendre le monde qui nous entoure.

     

    Quels sont les évènements majeurs que vous organisez ?

     

    Chaque année, nous avons nos petits rituels :

    • le forum devenir délégué, pour recruter les jeunes Français qui participent au G20 et au G7 ;
    • le forum devenir reporter, pour recruter les jeunes journalistes qui couvrent les sommes internationaux pour nous ;
    • le forum Open Diplomacy, pour débattre des sujets brûlants de l’actualité…

    Et chaque année, nous avons d’excellentes surprises, des événements inattendus qui viennent nourrir notre programme !

     

    J’ai souvenir d’une excellente conférence avec le Premier ministre d’Haïti (2015), sur la reconstruction de son pays, que je n’aurais jamais imaginée un mois avant qu’elle n’ait lieu. J’ai souvenir d’une rencontre très intéressante avec Justin Trudeau (2017), qui n’était pas à l’agenda non plus…

     

    Open Diplomacy est pleine de surprise pour nos adhérents, en particulier ceux qui donnent de leur temps bénévole pour l’association.

    Comment évaluez-vous le bilan de l’année dernière, et quelles sont vos perspectives pour l’année à venir ?

     

    L’année 2017-2018 est une réussite. Je ne parle pas de nos activités, qui ont été foisonnantes (ex : 48 débats organisés sur l’année !). Je parle en fait de la transition réussie vers une nouvelle équipe à la tête de notre comité exécutif, qui montre que l’association a de l’avenir.

     

    Je suis heureux de faire ce mandat pour transmettre les rennes de l’Institut sans arrêter d’entreprendre. 2018-2019 sera une année tout aussi critique : nous continuons de bâtir l’association, sur l’énergie et l’engagement de ses bénévoles, et nous préparons de nouvelles échéances incroyables, comme l’organisation du G7 des jeunes en France.

     

    Quelle a été votre plus grande fierté ?

     

    J’avoue que j’ai encore un souvenir ému d’entendre Christine Lagarde, alors ministre de l’Economie, ouvrir le G20 des jeunes que je présidais en 2011 en prononçant mon nom… ça, c’est pour la fierté personnelle !

     

    Mais je vis toujours un grand moment d’émotion quand je retrouve mon équipe épuisée mais souriante après un grand événement organisé par l’Institut : on se retrouve alors entre amis, et c’est ce dont je suis le plus fier.

     

    Que diriez-vous de la connaissance des enjeux internationaux par les jeunes ?

     

    Il faut la cultiver pour pouvoir exercer sa citoyenneté : la plupart des jeunes arrêtent d’apprendre sur les enjeux internationaux après la fin de leurs cours d’histoire/géo au lycée.

     

    Nous sommes entièrement tournés vers ce défi : offrir à tous, un espace pour apprendre gratuitement sur ces enjeux et éclairer ses choix citoyens voire éveiller des vocations. Quand je vois la curiosité de nos membres lors de nos journées de formation, je me dis que cette mission est très utile.

     

    Comment rejoindre ce projet ?

     

    C’est super simple, il suffit de devenir membre d’Open Diplomacy. Ca prend moins de 5 minutes sur www.open-diplomacy.eu !

All Posts
×